Ève Lomé

Journal extime

Se mettre au travail

Se mettre au travail

Se mettre au travail 2

Je n’ai aucune aptitude à l’insouciance, à la joie, je suis d’une nature pessimiste et tourmentée. Je ne suis pas douée pour le bonheur, je suis douée pour le travail.
C’est interminable. Je sais que je ne suis que moi, je ne me prends pas pour une autre.
Je masque ce petit fond dépressif derrière un petit côté hystérique, il me semble que c’est la moindre des politesses que de cacher ses tourments. Ce n’est pas grave. Mon anxiété s’est harmonisée avec le temps.
La psychanalyse ne guérit pas. Si on est flippé, insomniaque ou phobique comme moi, l’analyse n’y changera rien. Dans le meilleur des cas, la neutralité de l’écoute peut permettre de s’assumer et d’arrêter d’être en guerre. Malgré les effets limités de l’analyse, j’en ai besoin. Quand on n’est pas solide, ça aide car ça responsabilise.

D’après Fabrice Luchini, Le Monde, 03/10/2021

Publié le 14 octobre 2017