Ève Lomé

Journal extime

Rédemption des péchés

Rédemption des péchés

En 1678, le Patriarche Dionysios IV de Constantinople déclara le monastère stavropégique, c’est-à-dire indépendant de l’évêque métropolitain. En 1792, le Patriarche Néophyte VII de Constantinople retira ce privilège au monastère, qui dépendit à nouveau du métropolite d’Athènes. À partir de 1824, le monastère fut utilisé comme étable et écurie.

À son apogée, le monastère hébergea quelques figures illustres de la spiritualité, telles que Theophanis en 1566 et Ioannis Doriano en 1675, l’abbé Izekel Stephanaki, un érudit de la littérature et de l’histoire grecques, et plus particulièrement de la philosophie de Platon. De 1722 à 1728, Theophanis Kavallaris y enseigna la grammaire et les sciences.

La bibliothèque du monastère était réputée et possédait très probablement des documents provenant de bibliothèques antiques. Selon le demogerontes (le conseil des anciens) de l’époque, « les manuscrits furent vendus aux Anglais comme membranes tandis que le reste des documents fut employé dans les cuisines du métropolite ». Pendant le siège de l’Acropole d’Athènes (1826–1827), les manuscrits y furent emportés et utilisés pour allumer des mèches.

Wikipédia

Publié le 10 mai 2021

/