Ève Lomé

Journal extime

L’émotion d’un corps disparu

L'émotion d'un corps disparu

Il eût été malaisé de se prononcer, à voir sa chevelure en désordre, sa face machurée, sa barbe en broussailles, ses sourcils épais comme deux brosses à crins rougeâtres, ses yeux pers, entre le vert et le bleu, et dont le larmier humide était circonscrit du cercle sénile.

Jules Verne, Le Château des Carpathes

Publié le 21 juin 2021

/ /