Eve Lomé

Journal extime

Accueil > Épigrammes > La chambre claire > Distinguer un peu de l’harmonie du monde

Distinguer un peu de l’harmonie du monde

Publié le 22 juillet 2018

Qu’est-ce qui rend heureux ? On ne compte plus, depuis des siècles sinon des millénaires, les traités philosophiques qui incitent à abandonner les plaisirs matériels pour ceux de l’esprit et l’adage nous enseigne dès l’enfance que l’argent ne fait pas le bonheur.
Et si, pour autant, la vérité du bonheur était ailleurs ?
Gustav Diégèse nous conduit sur une autre voie, ni matérielle, ni spirituelle et nous montre que ce qui nous rend heureux, c’est d’abord de percevoir et de distinguer au sein de cette perception un peu de l’harmonie du monde. L’être humain, selon Diégèse, est d’abord un être esthétique. Pour sa démonstration, l’auteur se fonde sur les expériences les plus récentes conduites par les meilleurs laboratoires de recherche en sciences cognitives. Ainsi, quelle que soit la culture ou le degré d’éducation d’une personne, et quel que soit son âge, la vision d’un objet harmonieux déclenche dans le cerveau humain des ondes caractéristiques du plaisir, quand, à l’inverse, une image de chaos provoquera une réaction de défense, sinon de fuite.
On sort ragaillardi de cette lecture et l’on regarde différemment ce qui nous entoure, se prenant à rechercher peu à peu quelques alignements ou encore le dégradé des couleurs d’un paysage comme on prend un médicament contre la dépression.

L’atelier du texte / Les livres de 2018 L'atelier du texte / Les livre...